Georges Hébert  1875 -1957

ANGLAIS LA VIE DE MARIN: 1893 - 1903
Né à Paris, en 1875, Georges Hébert entre à L’Ecole Navale à 18 ans, devient officier de marine et fait plusieurs voyages sur les derniers navires à voiles de la Marine.
 
 
 
Il admire les gabiers dans la mâture, observe et côtoie, lors des escales, les hommes dans leur façon ancestrale de vivre, ou les guerrilleros des guerres qui secouent l’Amérique centrale au tournant du 20ème siècle.

Il est frappé par la vigueur, l’habileté, l’adresse et la beauté de leurs corps et en cherche la raison.
En 1901 , à new york , il visite les salles de sport (musculation) de Atilla et il rencontre Sandow (Inventeur des sandow comme instrument d'exercices..).
Il trouve ses méthodes d'entrainement très artificielles et étant très éloignées de ce qu'il a vu en Afrique et en Amérique centrale et du sud.
A cette époque, il se lie d'amitié avec Demeny. Il est son inspirateur pour les familles d'exercices et la fiche d'évaluation.
 
Il lit aussi les livres d' Amoros ( Colonel espagnol 1770-1848 ) dont il s'inspirera beaucoup ensuite. En 1938, Amoros écrit le "Nouveau manuel complet d'éducation physique, gymnastique et morale".
Il y décrit une quinzaine de familles d'exercices et introduit la notion de qualité d'action (courage, vélocité, adresse, endurance mais aussi des qualités morales: sagesse, tempérance, bonté) .

Avec des volontaires, Georges Hébert est chargé par le commandant de son navire de se rendre sur place avec une chaloupe.

 

Il est le premier à débarquer sur la plage. Il réussi à assurer le sauvetage de plus de 700 habitants.


 


 

En 1902, son navire est à la Martinique.

 

Le 7 Mai 1902, veille de l’éruption de la Montagne Pelée, il se rend sur l'île, à Saint Pierre.

L'éruption se produit le lendemain, 8 Mai.

Elle détruit entièrement la ville  et tue ses 30.000 habitants en quelques minutes…

C’est là, dans des circonstances dramatiques, au milieu des scènes de panique qu’il se rend compte que seul les êtres forts physiquement mais également moralement sont capables de se rendre utiles. Il écrira peu de temps après cette tragédie:

               "Dès lors ma voie était tracée. Dans notre société pacifique et pervertie, peut être par                        excès de civilisation, il fallait recréer des êtres forts".

Sa vocation était née; elle allait devenir l'œuvre de toute une vie. De là naitra la formule qui deviendra plus tard la devise de la Méthode Naturelle:

Hébert a déjà quelques idées sur la formation physique des hommes. Il veut un entraînement :

 

     - complet

          - naturel

               - utilitaire

Il est proche de DEMENY et de COUBERTIN et s'oppose à la méthode officielle en vigueur (Méthode de l'école de Joinville  reprenant la méthode Suédoise ( mouvements analytiques, effectués sur place )

Il soumet alors un plan de réforme de l'enseignement de la "gymnastique" . La Marine l'affecte alors à l'école des commandos de marine à Lorient. 

L'aventure commence...

il prend la direction de l'entrainement des troupes de marine et commence à y appliquer ses idées.

Il remplace l’enseignement rigide et musculaire dispensé à 1200 hommes par un enseignement humainement plus utilitaire et établit des performances côtées (le futur "code de la force") pour en mesurer les résultats, qui s’avéreront extrêmement probants.

Il est isolé, le reste de l'armée  continuant à utiliser la méthode officielle de l'école de Joinville.

Un entraînement directement utile...​
...en opposition aux gestes mécaniques effectués sur place, alors en vigueur.​

Hébert publie son premier livre : "l'éducation physique raisonnée". Il est préfacé par  Demeny et on y voit une  influence de celui ci (en particulier , les 10 familles d'exercices ne sont encore que 8 ).

 

Dans ce livre, Hébert continue à utiliser certains gestes de la méthode suédoise. Il écrira des années plus tard que c'était une erreur mais qu'il ne pouvait réformer brusquement au sein d'une institution telle que l'armée et qu'il avait du faire des concessions.

L'armée de terre choisit la méthode suédoise qui devient sa méthode officielle.

Les armées de terre et de mer s'opposent alors frontalement sur la méthode à retenir.

Devant l'excellence des résultats, la méthode Hébert est étendue à toute la Marine française.

Il a donc l’opportunité de pouvoir former des enfants de 7 à 14 ans en même temps que des jeunes hommes de 14 à 21 ans.

Pour autant, la méthode suédoise est retenue par l'éducation nationale pour les écoles.

DEMENY prend clairement le parti de Hébert. Il est  chassé de Joinville en 1907, Il publie:

        "évolution de l'éducation physique : l'école francaise".
 

En 1910, Demeny et Hébert sont écartés  des réunions gouvernementales sur l'éducation physique. La méthode suédoise est utilisée partout sauf dans la Marine...

Au "congrès international d'hygiène scolaire",  la marine réussi toutefois à placer une démonstration faite par ... Hébert.

A la fin de la démonstration de méthode suédoise par l'armée de terre, le général Piquard s'écrie: "c'est grotesque !". Le ministre de la guerre rajoute "c'est piteux".

A ce moment, Hébert, quitte la tribune officielle. Les gymnastes se mettent à crier "vive la méthode Hébert". C'est un triomphe! 

Le soir au banquet, il est félicité par le ministre.

Il publie le livre "Le code de la force", qui ouvre la voie à la mesure de la valeur physique et des progrès par l'établissement de tableau de valeurs de performances cotées en fonction de l'age et du sexe.

C'est une idée reprise de DEMENY qu'il a pu mettre au point à Lorient après des retours d'expériences sur des milliers de personnes.

HEBERT reçoit la légion d'honneur.

il est reçu par le président de la république, Armand Fallières, qui annonce devant plusieurs de ses ministres qu'il entend faire de la méthode Hébert, la méthode officielle de l'éducation nationale.

 Mais rien ne bouge…  

Le président Armand Fallières félicitant Hébert,  à Caen

 Hébert publie un livre où sa méthode s'appelle pour la première fois "Méthode Naturelle".

 

Sur la couverture, on y voit 2 enfants  ( alors qu'il est au sein d'une institution militaire ).

En effet, Hébert cherche à pousser ses idées dans l'éducation nationale car pour lui l'éducation physique doit faire partie de l'éducation tout court .

dans ce livre:

  • Les gestes de gymnastique suédoise ont disparu, les gestes sont  naturels

  • il n'y a que 8 familles d'exercices (ce n'est que plus tard que le grimper sera divisé en 3: grimper, équilibre, quadrupédie).

  • le "parcours"  n'existe pas encore, il n’apparaît que plus tard.

En mars 1913, un Congrès International d’éducation physique est organisé à Paris, sous l'égide du nouveau Président de la République, Raymond Poincaré, pour confronter les différentes méthodes qui fleurissent à l'époque.

 

La Marine présente la "Méthode Naturelle" d'Hébert.

 

Georges Hébert fait une démonstration avec 350 sujets de tous âges ( de 7 à 21 ans) et non sélectionnés pour la circonstance.

Démonstration au Congrès international d'éducation physique, Paris 1913.
Il y remporte un véritable triomphe et la Méthode naturelle apparaît aux yeux du public comme étant “la” méthode à adopter. 
 
Par l’intermédiaire de la presse, qui encense Hébert dans un élan unanime, la Méthode naturelle atteint alors immédiatement une diffusion et une notoriété internationale.
Un comité de soutien à HEBERT se constitue aussitôt avec :
  • Georges DEMENY 
  • Pierre de COUBERTIN et le comité olympique
  • Auguste RODIN (sculpteur)
  • Jean BOUIN (sportif, médaillé olympique)
  • Le marquis de POLIGNAC
  • jean RICHEPIN (académicien)
  • Gabriel BONVALOT (explorateur)
Caricature, par Jaffre, de Georges Hébert parue dans la presse, 1913
caricature Georges HEBERT par Jaffre.jpg
Le président Armand Fallières félicitant Hébert,  à Caen

Suite à cette effervescence il est  appelé, en avril 1913, à diriger le “collège d’athlètes de Reims”, réalisé par un mécène, le marquis de Polignac, (Président des champagnes "Pommery").

Il est  inauguré par le président de la République en Octobre 1913.

Georges  Hébert y forme:

  • des sportifs de haut niveau en vue des jeux olympiques de 1916 (dont Jean Bouin)

  • des monitrices et des moniteurs en 2 centres distincts.

La direction du laboratoire de physiologie est confiée à Demeny.

Le collèges d'athlètes de Reims
Vues des stades et du gymnase

La renommé est immédiate et on accourt de partout pour découvrir la Méthode naturelle.

Malheureusement cet élan sera brisé net par la première guerre mondiale...

1914 : la guerre éclate;

Hébert, a la tête d’une compagnie de fusiliers-Marins, est grièvement blessé à Dixmude.

Il reçoit 2 balles

  • une qui le laissera invalide du bras gauche

  • une autre à la poitrine qui est arrêtée par son carnet d'officier.

 

Il restera plus d'une année à l'hôpital.

Le constat est fait que les troupes de marine, formées à sa méthode, savent marcher, courir, ramper, porter, lancer, progresser en quadrupédie, lever, passer en équilibre... avec de bien meilleurs résultats au combat que les autres troupes formées par la méthode officielle.

Aussi, bien que, non encore guéri, et invalide d’un bras, il est alors rappelé et chargé de l’entraînement des troupes d’assaut de l'ensemble des armées. 

C'est donc un ...marin..., invalide ...qui se trouvera, en pleine guerre, chargé de former les fantassins...

Ses principes sont donc mis en oeuvre et il crée, à cet effet, en 1916, un  “parcours d’obstacles”, mondialement connu aujourd'hui sous le nom de :

...et qui a été, depuis, adopté par toutes les armées du monde.

Combien de vies auraient pu être épargnées si l'ensemble des troupes avait été formé, dès le début du conflit, à se jeter à terre, ramper, sauter etc, et avait reçu un entrainement complet et utilitaire...

A la fin  de la guerre, Hébert, qui restera invalide d’un bras toute sa vie des suites de sa blessure, est réformé par l’armée.

Le Collège d’Athlètes de Reims est en ruine, victime des bombardements dès le début de la guerre.

 

Plusieurs de ses collaborateurs ont été tués.

Demeny est mort en 1917.

L’armée elle même, qui avait été chercher Hébert devant la cruelle nécessité des combats, abandonne la Méthode naturelle en faveur d’entraînement moins utilitaires...

Elle y reviendra plus tard quand les mêmes causes produiront les mêmes effets…

La paix revenue, les mouvements sportifs sont favorisés et abandonnent peu à peu la méthode Hébert.

Malgré cette ambiance, Hébert rassemblant quelques monitrices formées à Reims, fonde en 1919 à Deauville, un collège gymnique pour femmes et enfants:

 

                           la Palestra.

Une révolution à cette époque, où l’éducation physique des femmes n’était guère considérée.

Un autre établissement du même type que la Palestra,  sera également  créé à  coté de Bormes les Mimosas. 

Il en confiera rapidement la direction à Yvonne Moreau.

C'est une ancienne élève de Demeny et du collège de Reims. Il l'épousera en 1923. Ils auront deux enfants : Jeanne  et Régis.

Très dynamique mais d'un naturel très discret, elle signe des articles sous un pseudonyme "la monitrice" et elle coécrit les ouvrages avec son mari (il est invalide).

Elle prend une part active à la rédaction du livre "Muscle et beauté plastique féminine" où l'on sent une forte influence du sculpteur Rodin.

 

En 1922, Georges Hébert fait reparaitre la revue 

“l’ Education Physique”

qu’il dirigera, durant 33 ans,  jusqu'en en 1955, peu avant sa mort; Cette tribune lui permettra de répandre ses idées à travers le monde tant éducatif que sportif, car beaucoup de sportifs convaincus l’écoutent et tirent profit de ses enseignements techniques.

.

Il fera d’ailleurs paraître, en 1925, un ouvrage intitulé:

  “Le sport contre l’éducation physique”.

La polémique est intense car il y dénonce, déjà à l’époque, les dangers et méfaits physiques, sociaux et moraux du sport dans sa conception dévoyée ( sport spectacle /  argent / violence / drogue etc ).

.

En 1930, Georges Hébert, alors agé de 55 ans, fonde, à bord de l’ Alcyon, un trois mâts goëlette offert par un mécène, la première école nautique féminine au monde.

Il prouve ainsi, que les femmes ont les mêmes qualités physiques et surtout de caractère que les hommes, 

Cette école aura un franc succès. Malheureusement, le mécène ayant eu un revers de fortune , Hébert lui rendit le navire qui fut alors vendu.

 

L'alcyon, quittant le port de Deauvile

 

Par ailleurs, malgré l’indifférence des pouvoirs publics, que Georges Hébert dénoncera régulièrement ( considérant qu’il est du rôle de l’état d’enseigner, au même titre que l’éducation “intellectuelle”, l’éducation physique à la jeunesse ), il est consulté, tant par des organismes et écoles publiques ( Pompiers,  SNCF, EDF, La police Parisienne etc... ) que privés (mouvements Scouts, usines Michelin, Ecoles des Roches etc...) qui en font leur méthode au sein de leurs structures ou établissements. 

Il rencontre à cette époque un belge, Marcel Beugnier, .qui avec 2 de ses proches, Alexandre et Nelissen, joueront ensuite un rôle critique dans la transmission et la préservation de sa doctrine en la diffusant largement en Belgique après la guerre et en créant la "Fédération Belge d'éducation par la Méthode naturelle".

La Méthode naturelle à la SNCF...
aux Pompiers de Paris...
ou dans des colonies de vacances...

Des centres qui se nommeront eux mêmes “hébertistes” se forment ( Hébert constate, mais n’a aucun lien avec ces centres ) , à l’initiative de personnes privées, un peu partout en France et dans le monde, (Allemagne, Autriche, Australie, Belgique, Canada, Cuba Espagne, Hongrie, Italie, Jordanie, Liban etc, etc... )  et mettent en application ses enseignements. 

Nombre de ses idées bien que parfois déformées , tombent dans le domaine public.

Cette fois ci, c'est la Palestra de Deauville qui est détruite par les combats!.... De nouveau, sa "vitrine", comme l'avait été le "collège d'Athlètes de Reims", est condamnée à la fermeture...

Malgré les offres qui lui sont faites pour entrer au gouvernement de Vichy , qui souhaite mettre en œuvre la Méthode naturelle, Hébert refuse.

Il  gardera son indépendance et précise, comme il l'avait  déjà fait à de nombreuses reprises dans la revue l' éducation physique, sa position dans une brochure :"les champs d'ébats" où il écrit: 

"Ce n'est pas médire que de constater l'impuissance chronique des services d'Etat à résoudre le problème de l'éducation physique de la jeunesse"

Le gouvernement de Vichy  adoptera néanmoins la Méthode Naturelle,  qui devient alors la méthode nationale.

Georges Hébert a publié ses premiers ouvrages dès 1907.

 

Toutefois, c'est à la lumière de plus de 30 années d'expériences, sur des dizaines de milliers de personnes, hommes et femmes, de tous ages, et de tous milieux qu'il les refondra en 1936 en un seul volume intitulé simplement:

                                        LA METHODE NATURELLE  -Tome 1

Il y expose les principes doctrinaux de ce qu'est la Méthode naturelle et les moyens de la mettre en application.

Une septième édition de cet ouvrage, édition posthume, augmentée de réflexions de son fils Régis Hébert, publié en 1974, donne une synthèse de l'oeuvre de Georges Hébert et ce qu'est la Méthode naturelle ou Hébertisme

Dans  "le Code de la force", dont la première édition date de 1911, il définit ce qu'est la vraie force physique et les moyens de la mesurer et de la comparer.

En 1925, il publie " Le sport contre l'éducation physique", qui va lui valoir l'inimitié de toute la presse sportive que ce pamphlet irrite; En effet, il y dénonce les méfaits physiques, moraux et sociaux des outrances sportives, que personne ne veut encore reconnaître, mais dont on perçoit très nettement aujourd'hui les dégâts qu'elles occasionnent. ( violence, dopage, dérive financière, etc ).

Pourtant il ne fait que critiquer l'utilisation qui est faite du sport dans l'éducation de la jeunesse, du sport mal compris ou dirigé. Il ne vise pas à opposer le sport à l'éducation physique: au contraire, l'esprit entreprenant, sportif, a sa place dans l'éducation car il est un moyen puissant d'émulation.

Mais comme tout élément puissant, il doit être manié avec prudence et endigué pour éviter tout débordements vaniteux et égoïstes.

De 1922 à 1955, il dirigera la revue "l'éducation physique", revue à laquelle participent de nombreux auteurs venus de tous les horizons, et qui développe sa pensée et son action tant en France qu' à travers le monde.

Durant la seconde guerre et la fermeture de ses écoles, Hébert, alors âgé de 65 ans, s'attache à poursuivre son oeuvre écrite par la description de tous les gestes propres à l'homme dans les 10 familles d'exercices (TOME 2 à 5 de " la Méthode naturelle ")

C'est un travail véritablement monumental, qui l'occupera durant 15 années.

Il publie ainsi entre 1941 et 1950 : La marche, la course, le saut, la quadrupédie, l'équilibre, le lever et le lancer.

C'est une véritable encyclopédie des mouvements, qui n'a pas d'égal à ce jour.

En 1953, Georges Hébert a une attaque de paralysie, avec perte de la parole;

Avec énergie, il surmonte l'épreuve, réapprend à parler et se remet à l'oeuvre pour rédiger son ouvrage sur la "défense", publié en 1955.

Cette même année 1955, a lieu, aux "arènes de Lutèce" de Paris, une cérémonie célébrant le cinquantenaire de la Méthode naturelle.

Georges Hébert, trés affaibli, n'assiste pas à l'hommage qui lui est rendu.

 

Une délégation gouvernementale se rend à son domicile et lui décerne le grade de "commandeur de la Légion d'honneur".

Cérémonie du cinquantenaire
Arènes de Lutèce, Paris.
Médaille du cinquantenaire de la Méthode naturelle.
Sculpteur Paul Bemondo 

Son fils Régis achèvera cet ouvrage sur la natation et le fera paraître en édition posthume en 1959.

Yvonne Hébert, qui aura beaucoup oeuvré au côté de son mari, décèdera en 1975.

Il commence la rédaction du dernier livre de la dernière des 10 familles:  "Natation".

 

Une nouvelle attaque, fatale, l'atteint. Georges Hébert décède en Août 1957, à la Palestra.

 

Il avait 82 ans.

La Méthode naturelle, traversant les modes, demeure vivante là où la formation "d'hommes" et l'utilité sont recherchées en priorité.

L'armée de Terre, la Marine, les Pompiers , et d'une manière générale les corps d'élites (GIGN, etc ) utilisent la Méthode naturelle.

Le "parcours Hébert" fait partie des bagages des mouvements scouts en France et à l'étranger.

Les "parcours d'obstacles" souvent dénommés "parcours santé" en Françe, installés en forêt, ou autres se sont tous inspirés de la Méthode naturelle en  reprenant un des moyens ( le parcours d'obstacles)  mais souvent de manière très incomplète et surtout en oubliant malheureusement l'esprit de la Méthode; 

Et en omettant  d'ailleurs très  souvent d'y faire référence.

 

Par contre, au Canada, par exemple, les "parcours d'obstacles" sont appelés "piste d'hébertisme". Le plus souvent en forêt...

...ils peuvent se trouver en pleine ville, comme par exemple à Montréal, sur l'esplanade du Parc olympique.

De nombreux mouvements ont repris également tout ou partie des éléments de  la Méthode naturelle comme base de leur pratique (Urban Challenge, Mov' Nat, Parkour, Freerunning, Paléofitness...).

Des centres Hébert existent en France et à l'étranger ( notamment en Belgique où existe une fédération d'hébertisme.

L'objectif de ce site et de faire découvrir la Méthode naturelle.